La chasse aux papillons


Une journée de chasse, en automne, comme toutes les chasses. Le verdoiement humide et quasi-excessif de la campagne fait presque oublier l’ambiance grisâtre de cette journée d’automne. Grande vénerie le matin, petit gibier l’après-midi. L’atmosphère est une peu froide, à la fois familiale et sociale, traditionnelle et rurale. Certains chasseurs viennent accompagnés de leurs enfants. Toujours des pères, souvent des fils. L’aimable tuerie peut commencer. Se mêlent alors d’étranges sensations : tendus vers l’objectif – pas le mien –, un équipage distingué se déploie pour la première traque, selon une règle qui semble militaire mais dans une anarchie policée. Tout respire la tradition séculaire en marche, la transmission silencieuse d’un savoir kinesthésique, presque animal où se mêlent dans une étrange harmonie l’élégance, la bonhomie, la retenue et l’assouvissement de la pulsion suprême. Eros et Thanatos s’enlacent au son du canon, s’offrant en spectacle à mon œil incrédule. Je finis par vibrer de l’excitation commune à la vue de ces vies qu’on cloue sur place, de ces chairs qui tombent, mais que je ne mangerais pas.

A day out hunting, an autumn day, a hunt just like any other. The somewhat overpowering greenness of the countryside makes one almost oblivious of the greynis atmosphere of this autumn day. Big game in the morning, small game in the afternoon. The ambiance is rather formal, a blend of family and social ties, of the traditional and rural. Some of the hunters have come with their children: fathers always, and often their sons. The sweet slaughter may begin. A strange mixture of impressions grows, all directed towards the objective – though not my camera’s:  an elegant equipage fans out for the first stalk, in what appears to be military precision but is in fact mannerly anarchy. The whole breathes a century old tradition on the march, a silent transmission of kinesthesic, almost animal knowledge, blending in a strange harmony, elegance, bonhomie, reserve and satisfaction of that primeval urge, killing. Eros and Thanatos embrace to the sound of guns in free spectacle under my astounded eyes. In the end I am also caught in the shared excitement at the sight of these lives pinned down, of all this flesh falling to the ground, flesh which I will not eat.

 

 

 

  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
  • La chasse aux papillons
↓