L’horloge

L’horloge

Nées d’impressions puisées dans l’imagerie des contes, L’horloge fait partie des séries Les confitures, petits fragments d’histoires qui prennent racine dans les réminiscences de l’enfance. Comme la petite Poucette, héroïne d’Andersen silencieuse et passive face aux péripéties de la vie, les personnages de ces séries vivent des aventures parfois énigmatiques, parfois banales au milieu d’une nature familière et sauvage à la fois. L’inconscient s’invite autour du thème du     « merveilleux », c’est à dire de l’étrange et du familier, à travers des éclats de rêves photographiés. Construits autour d’histoires fortement narratives, des plans parfois naïfs, neutres ou nostalgiques relatent un univers proche de celui des contes « ou le familier peut devenir inquiétant, et l’intime s’avérer étrange ».

 

Teacakes and jam

These short tales about the magic time of teacakes-and-jam afternoons are drawn from memories and impressions that surge up from the dappled depths of childhood. They have been given new life through the rediscovered imagery of fairytales by the author.

Like Thumbelina, the child in Andersen’s tale who, silent and passive, faces life’s vicissitudes, the characters experience adventures that are at times enigmatic, at times quite banal in a wild, yet familiar nature.

Our subconscious is invited to step into the strange yet familiar world of magic through small fragments of photographed dreams. Based on markedly narrative stories, the naive, neutral or nostalgic photographic shot evoke a world reminiscent of fairy tales in which the familiar may become disquietening and the intimate strange.

  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
  • horloge
↓